La paix n'est jamais éternelle.
 

Partagez | 
 

 Nuage de Pluie - Je te connais, mais toi tu ne me connais pas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fonda Psychocat qui adore les lamas ♥
Messages : 218
Messages de RP : 75
Date d'inscription : 24/09/2015
Age : 14
Localisation : Regarde derrière toi : BOUH !

Feuille de personnage
Points de vie:
100/100  (100/100)
Expérience au combat:
50/200  (50/200)
Sexe de votre chat: Femelle
MessageSujet: Nuage de Pluie - Je te connais, mais toi tu ne me connais pas   Ven 24 Juin - 23:06



Fiche de Présentation


Song theme : I of the Storm - Monster and Men & Hurricane - Thirty second to mars

Ton chat

• Nom de votre personnage : Cet étrange personnage se nomme Nuage de Pluie, de son premier nom Rain  (puis, plus tard, Sanglot des Pluies)
• Age de votre personnage : Il est jeune, encore adolescent
• Sexe de votre personnage : C'est un mâle
• Rang de votre personnage : Il est apprenti guérisseur, étant donné qu'il est trop handicapé pour occuper le rang de guerrier.
• Clan de votre personnage : Il appartient au Clan du Torrent
• Orientation Sexuelle : Il est bisexuel
• Pouvoirs : Nuage de Pluie possède un pouvoir dont il ne connaît pas la véritable utilité. En effet : Il possède un sang aux propriétés particulières. Ce liquide vital a des vertus guérisseuses qui l'empêche d'être malade, ou qui referme par exemple ses blessures, si elles sont peu profondes.
Ce pouvoir peut aussi l'aider à sauver des vies. Si un chat atteint d'un grave mal boit son sang, il retrouvera santé et joie passée. Malheureusement, Rain ne donnerai pas sa vie ou même son sang pour quelqu'un, ainsi donc peu de félins auront la chance de recevoir son aide. Lorsqu'il utilise ce pouvoir pour secourir un autre, Pluie est obligé de verser une quantité considérable de son liquide vital pour éradiquer la maladie. Lorsque lui-même tombe malade, il se vide rapidement de son énergie et a besoin de quelques jours de repos.
Ce jeune apprenti possède un deuxième don, qu'il pourrait considérer utile pour son Clan. Lorsqu'il plonge sa tête dans l'eau, Rain peut percevoir des murmures qui le guideront vers une terre sûre, vers l'abri le plus proche. Ce pouvoir ne fonctionne que quand ses oreilles sont immergées.
Toi !


♦ T'as un nom ? Oui ! Mais je l'ai oublié... Dans les toilettes !
♦ T'as un âge ? Une grand-mère ça dit pas son âge.
♦ T'as des PUFs (Pseudonymes) ? Aka, Cocotte Suprême, Oklya, Admine tyrannique, Murmy ou encore Soleil' ou Soleilou, même Rainou et Warrior pour certains qui m'ont connue dans une autre vie...
♦ Comment t'as atterri chez nous ? Un jour j'étais dans ma baignoire, j'ai commencé à me dire que je mangerais bien une banane et puis j'ai fondé ce fo.
♦ T'as quelque chose à dire? SOUMETTEZ VOUS A MON POUVOUAR MISERABLES !
♦ Donne moi les codes si t'as lu le réglo : Mangée par moi-même ♥



Caractère
Minimum 8 lignes

En un mot : Détestable.
Comment décrire cet être ? Il est assez spécial, pour ne pas dire très. Nuage de Pluie est totalement désintéressé du monde qui l'entoure. Il n'accorde de l'importance à rien, à personne. Même pas à lui ! Il n'est absolument pas narcissique, cependant tout le monde vante les mérites de la terre autour de lui, chose qu'il ne pourra jamais faire à cause de son infirmité. L'apprenti se sent d'ailleurs terriblement vexé lorsqu'on tente de l'aider, et refuse toute amitié ou soutien. Il ne supporte simplement pas qu'on le prenne pour plus faible qu'il ne l'ait.
Il est d'ailleurs terriblement énervant. En effet, il ne peut s'empêcher de se montrer agressif envers les autres, leur jetant des paroles qu'il voudrait taquine mais qui se transforment en véritables insultes. Il n'aime pas non plus voir le monde trainer à ses pieds, sans apprécier non plus qu'on lui donne des ordres. Il n'obéit à personne et fait ce qu'il lui chante. Le jeune félin est d'ailleurs bien conscient que son rang de guérisseur lui vaut des privilèges, et il sait en profiter.
Il n'est pourtant pas si "méchant" qu'on pourrait le croire. Nuage de Pluie porte en lui de cruelles blessures, qu'il tente de camoufler sous sa constente agressivité, pour ne pas qu'on le prenne en pitié, chose qu'il déteste plus que tout au monde.




Description Physique
Minimum 6 lignes

Nuage de Pluie est d'un gris ni clair ni foncé, comme un parfait équilibre entre deux couleurs différentes. Ce même pelage est strié de maintes rayures frôlant le noir, rayures dont les formes varient et évoquent parfois des dessins saugrenus. Il possède quelques nuances de gris plus claires sur le ventre et le museau, mais qu'on ne distingue presque pas.
Quoique petit, Nuage de Pluie n'est pas non plus minuscule. Il est même plutôt haut sur patte. Sa silhouette est plutôt frêle, si bien qu'on a l'impression qu'il pourrait chutter à tout instant. Mais sous cette fragilité apparente, le guérisseur cache une puissante musculature qu'il a développée lors de son errance.
Parlons maintenant d'un détail primordial dans le physique de Nuage de Pluie. En effet : Ses yeux. Les prunelles du félin sont barrées de cruelles griffures. Ses pupilles sont devenues plus claires que le bleu de ses yeux, bleu qui envahit d'ailleurs complètement ses yeux, ne laissant de place pour une touche de blanc à aucun endroit. Les marques sur ses yeux n'ont jamais vraiment cicatrisé, laissant un rouge sang déchirer son visage de nature plutôt joli. Nuage de Pluie possède aussi une grande mèche qui voile un de ses yeux, même si cela ne peut le déranger puisqu'il ne peut voir.
Il porte aussi une plume bleue à l'oreille droite. En effet, il a toujours désiré être guerrier et arbore ainsi leur symbole au lieu de celui du guérisseur.



L'image de ton chat:
 



Histoire
Minimum 10 lignes

Ses pas étaient à peine perceptibles dans ce froid décor qu'était ces terres dénudées de végétations, ce lieu privé d'espoir. Elle tremblait, peut-être de part cette cruelle saison d'hiver, ou tout simplement de cette angoisse qui planait sur elle ? Elle savait qu'elle ne vivrait pas longtemps en ces terres hostiles, mais elle voulait continuer de marcher. Elle voulait le protéger. Et puis un murmure caressa ses oreilles. Brusquement, elle releva la tête, aux aguets. Ses pupilles s'amincirent et elle se faufila rapidement vers un buisson aux alentours. Violemment, poussé par une cruelle peur, la chatte repéra un trou dans un arbre rabougri, non loin de là. Elle s'approcha en un bond rapide et déposa là son seul présent dans ce monde perdu. Le petit chat miaula, comme effrayé par l'ombre qui noyait la brèche dans l'arbre. Doucement, la féline le caressa de la patte et lui lécha la tête. Dans un ultime soupir, elle s'éloigna rapidement, prête à affronter son destin.
Les deux soldats jaillirent de l'ombre, encerclant leur proie. Elle lutta, terriblement, longtemps. Mais elle était faible. Ses pattes ne la supportait plus. Pourtant, rien ne l'étonnait. Depuis longtemps, elle savait qu'elle avait perdu. Alors, lorsque leurs crocs déchirèrent sa gorge, elle versa une unique larme, une larme étincelante comme la plus belle des étoiles du ciel.
"Vis, Rain. Vis."
Ce fut comme une mélopée pour une nuit d'hiver, comme un court souffle dans la tempête, comme une bougie dans sa solitude. Mais il ne pouvait pas le comprendre.

Les deux chats s'approchèrent de lui.
-Alors, Naro, qu'est c'qu'on fait d'lui ?
-Chais pas, Wist. Si on s'amusais un peu, t'en dis quoi ?
-J'dis que c'est pas une mauvaise idée.
Le plus grand des deux s'approcha du petit, une braise ardente dans les yeux. Violemment, il se saisit du chaton et le jeta au sol. Le pauvre chat rebondit sur le sol pour s'écraser quelques mètres plus loin. Mais déjà, l'autre matou s'était jeté sur lui et le tenait par la peau du cou.
-L'pourrais nous être utile, Naro ?
Le grand félin s'avança et approcha son museau du faible chaton. Il leva une patte en l'air, et sortit ses griffes dans un son identique à celui de la lame tirée de son fourreau.
-Ouais. Mais avant ça, on va régler un détail qui me turlupine un peu.
Il ricana.
-Excuse moi, petit, mais j'aime pas trop tes yeux.
Lorsqu'il frappa, Rain ne put savoir que c'était la dernière fois qu'il voyait la lune. Il ne put réaliser que, désormais, les ténèbres seraient ses seules amies, qu'elles l'encercleraient même lorsqu'il ouvrirait les yeux. Même lorsqu'il tenterait de voir.

"Peu importe le nom de fois où tu as dit vouloir partir
Peu importe le nombre d'inspirations que tu as prise, tu ne peux toujours pas respirer
Peu importe le nombre de nuits où tu restais allongé, tenu éveillé par cette haine en toi
Où as-tu voulu aller ?
Alors que les jours passent, les nuits s'enflamment
Dis-moi, serais-tu prêt à tuer pour sauver ta vie ?
Dis-moi, serais-tu prêt à tuer pour prouver que tu as raison ?
Tout s'effondre, laisse tout ça brûler, laisse brûler
Cet ouragan nous emportera tous"

Rain cracha. Le soigneur tenta d'esquisser un sourire fatigué, mais il en fut incapable.
-... Ecoute, Rain, je...
Le jeune chat se redressa brutalement et lança un regard empli de haine à son mentor.
-Pourquoi ne pourrais-je faire comme eux ? Pourquoi ne pourrais-je être pareil ? Pourquoi ? Parce que je suis aveugle, peut-être ?
Syuna poussa un long soupir. Il leva la queue pour la poser sur l'épaule de son protégé, mais celui-ci l'en empêcha.
-Mais qu'est-ce que je peux en a voir à foutre, de tes sottises de plantes médicinales ? Ce n'est pas ce que je voulais, commbien de fois est-ce que tu continueras de m'ignorer ? Combien de fois ?!
Il frappa le sol de sa patte, le pelage hérissé, animé d'une colère aveugle.
-Je me fiche de ce que tu penses, de ce que vous pensez tous ! Vous n'êtes que des imbéciles ! Des imbéciles !
Rain fit volte face et s'élança vers la place du village. Syuna baissa les oreilles, comme blessé par ces cruels mots.
-...Je suis désolé, Rain...

Le jeune apprenti tournait en rond, agacé par ses tourments habituels. Non pas qu'il haïssait le soigneur, mais il s'était convaincu qu'il ne devait pas l'aimer, comme il ne devait pas aimer le monde qui l'entourait. Les autres serviteurs le craignait. Il n'était pas dangereux, mais ses yeux aveugles semblaient scruter l'âme de ses interlocuteurs au point de les faire fuir. Rain n'avait jamais souhaité une telle cécité, et si le destin en avait décidé autrement, peut-être aurait-il put devenir comme ce qu'il avait toujours voulu être, comme tout ceux qui l'entourait.
Mais il ne pouvait pas les voir, quoiqu'il arrive. Même dans ses rêves profonds, même dans ses obscures tourments, il n'y avait que cette immensité noire, cette vague de ténèbres qui l'entourait, même lorsqu'il clignait des yeux, même lorsqu'il espérait voir.
Rain ne savait plus que faire. Personne ne l'écoutait, depuis qu'il était là. Peu à peu, les autres félins avaient compris qu'il ne pourrait leur faire de mal, et prenaient plaisir à le taquiner de diverses manières, mais tout aussi cruelles les unes que les autres. Cependant, Rain n'était pas de ceux qui les laissaient faire et se recroquevillai sur lui même, soumis à plus fort que lui. Rain avait appris de son handicap, seul dans les ténèbres. Il savait se repérer, esquiver des piques ou encore infliger un coup à son adversaire. Mais il n'avait pas souvent l'occasion de le faire. Les autres préféraient désormais se tenir à l'écart. Et le jeune chat s'en satisfaisait grandement.
Le chat gris s'assit, poussant un soupir de fatigue, et peut-être d'exaspération. Mais il fut le premier à l'entendre. Ses oreilles pouvaient percevoir des sons que nul ne connaissait. Tout reposait sur son ouïe, Rain le savait, sinon il s'effondrerait. Il avait tant développé ce sens qu'il lui était désormais possible d'entendre des sons à des kilomètres.
Et c'est pour ceci qu'il perçut le félin blessé qui arrivait. Cependant, Rain ne bougea pas. Il n'accordait d'interêt à personne, pas même à lui. Il ne crirait pas à travers le camp la venue d'un inconnu en sang. Bientôt, il sentit l'odeur de la chair déchiré, et fut forcé de constater que ses camarades ne l'avait toujours pas remarqué. Lentement, il se leva et s'approcha de l'auto-proclamé "chef" du village. Mais il assumait son soi-disant rôle et les chats du village n'hésitait pas à se confier à lui. Assurèment, ce chat aurait put faire un grand meneur.
- Un chat gravement blessé arrive de l'ouest. Il se dirige droit sur nous.
- Dis-moi en plus.
Rain poussa un grognement las et cracha à nouveau.
- C'est un mâle. Il doit avoir quelques lunes de plus que moi... Il porte une blessure à l'épaule, très profonde... Il risque de mourir dans quelques heures.
Rain avait employé un ton indifférent tout au long de sa tirade. Peu importait pour lui que cet étranger meurt. Il s'en fichait, quelles préocupations pouvait-il avoir envers un chat qu'il ne connaissait même pas ? Quand le jeune chat avait été ramené ici par Wist et Naro, les yeux en sang, personne ne s'était empêché de l'humilier. Tous, sauf un. Mais Rain ne pouvait l'aimer, lui non plus.
Bien sûr, il ne connaissait pas la véritable version de l'histoire, tel que le crime de Naro et Wist. Personne, d'ailleurs, n'en avait rien appris. Seul les deux meurtriers connaissaient leurs actes. Soi disant, Rain et sa mère avait étés attaqués par un blaireau, qui mit la mère en pièce et rendu aveugle le chaton tigré.
Jamais Rain ne se douterait de quoi que ce soit, et peut-être était-ce mieux ainsi.
Le blessé arriva donc, soutenu par plusieurs serviteurs au coeur bon. L'étranger fut directement mené chez le soigneur, et Rain suivit, sachant pertinament que celui-ci l'appellerait bientôt.
En entrant dans la tanière, l'apprenti s'empêtra les pattes dans une racine et chuta si fort que, rapidement, du sang dégoulina d'une vilaine coupure à la patte droite. Rain n'avait jamais vraiment saigné, et ceux qui purent admirer la scène en furent littéralement surpris. Le sang du chat gris était clair, presque blanc, comme la sève d'un arbre pur. Lorsque Rain s'approcha du blessé et posa la patte sur l'épaule de celui-ci, son sang coula si bien que l'inconnu le sentit s'infiltrer dans sa gueule. Ce n'était pas volontaire de la part de Rain. Jamais il n'aurait laissé qui que ce soit boire son sang, encore moins un inconnu. Mais, sans qu'il l'est voulu, c'est ce qui se passa.
La blessure du chat inconnu se referma alors lentement, tandis que le sang de Rain continuait de couler, sans qu'il s'en rende vraiment compte. Bien vite, l'étranger se releva, comme revigoré par une force inconnue. Cependant, tout les regards étaient tournés vers Rain. Rain, aux pouvoirs guérisseurs dont il ne connaissait pas l'existence. Ce fut là que tout commença.

Le grand félin poussa un énième gémissement. Son corps était agité de violents soubresauts, et ses yeux ternissaient peu à peu, malgré cette éternelle et fine pupille qui luisait encore dans cet oeil malade. Le petit chat noir jeta un regard au corps raide. Ses prunelles dorées luisaient dans l'obscurité. Après un instant de reflexion, il tourna ses yeux vers son soigneur personnel.
- ... Comment va-t'il ?
Il parlait d'une manière glaciale, sans aucune émotion perceptible, comme une statue qu'on aurait dotée de mots.
- Très, mal, je le crains, sir.
L'ombre siffla.
- Ne m'appelez pas sir.
Il s'extirpa de la sombre pièce d'un pas pressé. Jamais l'Empereur n'avait ressenti un si grand désemparement. Habituellement, lorsque c'était un individu qui représentait une menace, il l'éradiquait sans aucun problème. Mais le mal qui rongeait Ara ne pouvait être combattu. Pire encore, ce feu qui brûlait en le chat léopard le terrasserait sans aucune pitié. Et Nyx n'y pouvait rien.
Lorsque le capitaine de sa garde personnelle jaillit à l'entrée du couloir, le seigneur leva à peine les yeux. Le chef d'armée, pourtant beaucoup plus grand et musculeux que Nyx, s'inclina au point de toucher le sol.
- Qu'as-tu à me dire, Schymaa ?
Le grand chat blanc strié de roux tourna les yeux, comme efrrayé par le regard venimeux du félin serpent.
- J'ai appris de curieuses nouvelles...
Nyx inclina les oreilles, les yeux luisants.
- Ne me fais pas attendre. Vas directement au but.
Schymaa débita son rapport en un court discours.
- Un jeune chat du Village des Serviteurs posséderait un pouvoir guérisseur. Un pouvoir qui pourrait sauver seigneur Ara.
Le petit chat noir eut comme un soubresaut, puis se pencha vers son capitaine, les nerfs tendus.
- Qui est-il ?
Son ton se faisait désormais pressant, comme si la réponse du grand chat lui était vitale.
- Il... Il se nomme Rain... C'est un aveugle, un tout jeune chat, l'apprenti du soigneur du village... Je...
Nyx battit de la queue et se rassit. D'une voix églale, il cracha.
- Vas le voir. Et ramène le moi.
Schymaa s'eclipsa rapidement, apeuré par l'aura ténèbreuse qui s'échappait de l'Empereur.

Rain l'entendit nettement arriver. Ce groupe de chat. Ils étaient environ une vingtaine, et de hauts dinitaires. Le jeune chat sentait la froideur de l'acier et percevait la cliquetis des armures. Mais aucun frisson ne vint ébranler sa fourrure d'argent. Ses yeux d'azur continuaient de fixer l'éternel vide qui s'offrait à eux.
- La garde impériale ! C'est la garde impériale ! Cachez les petits et les mères, et les autres, au garde à vous !
Rain connaissait ce rituel. Plusieurs fois, déjà, les soldats de l'Empereur étaient venus, capturant chatons et chatonnes pour en faire leurs futurs sbires.
Mais c'était la première fois qu'il semblait au jeune apprenti que les guerriers royals avaient tourné leurs regards vers lui.
Le dit "chef" du Village se dirigea rapidement vers Rain et commença à le pousser de la patte.
- Rejoins les chatons, vite !
Le chat gris esquissa un grognement, agacé par de telles manoeuvres, et tenta de se lever malgré les efforts de son superieur. L'aveugle jeta son regard pénétrant sur le général de l'Empereur. Il ne percevait aucun malaise en celui-ci. Aucune peur, juste un franc dégoût. Mais lorsque Rain le regarda plus intensément, il l'entendit rire.
Le chef de l'armée s'approcha du jeune chat et écarta d'un mouvement de la patte le meneur du village.
- C'est bien toi, le petit Rain ?
L'intéressé ne répondit pas. Il se contenta de fixer à nouveau l'autre dans le blanc des yeux. Le garde royal esquissa un sourire.
- Inutile de jouer à ça avec moi. Réponds.
Rain eut un mouvement d'incertitude, puis s'ébroua pour finalemen marmoner entre ses crocs.
- Je suis Rain.
Le général eut un hochement de la tête, puis se pencha davantage sur le petit.
- Maintenant, tu vas me suivre, sans discuter. Il est bien vrai que tu peux guérir des gens avec ton sang, hmm ?
Rain battit de la queue, le visage armé d'une expression indéchiffrable.
- Je ne vous suivrai pas.

Le général se jeta sur l'apprenti, qui l'esquiva sans grand problèmes. Plusieurs fois, le grand chat blanc tigré tenta de se saisir du jeune chat, mais sans y parvenir. Rain était trop rapide et agile pour lui. Le chef d'armée se releva, sifflant entre ses crocs.
- Tu l'auras voulu.
Claquant des mâchoires, il ordonna à sa troupe de se rassembler et de repartir vers le palais.
- Soit sûr que tu connaîtras bientôt la mort.

- L'avez-vous trouvé ?
Le petit chat noir continuait de fixer l'immense tapisserie devant lui. Schymaa tremblait de tout ses membres.
- Heu... Je... Non, enfin... Oui ! Oui oui, nous l'avons trouvé...!
Nyx tourna lentement son visage reptilien vers son général.
- Je vous avais demandé de me le ramener. Alors pourquoi n'est-il pas là ?
Schymaa ecarquilla les yeux, comme frappé par un éclair inexistant.
- ... Il y a eut quelques... complications...
L'Empereur se leva et s'étira longuement.
- Incapable.
Il descendit les marches qui l'avait mené à la tapisserie et s'approcha de son chef d'armée, ses yeux jaunes réduits à une mince griffe sur un fond noir. Le chat serpent claqua de la queue, et deux félins apparurent, dans l'ombre. Un bleu ourtemer et l'autre presque aussi noir que Nyx.
- Vous m'avez entendu ? Ramenez moi ce petit.
Les deux chats s'exécutèrent aussitôt et s'eclipsèrent vers le village. L'Empereur se tourna à nouveau vers Schymaa. Celui-ci baissa les oreilles en signe d'humiliation et prononça, d'une voix tremblante.
- Qu'allez vous faire, mon seigneur ?
Nyx ricana brusquement.
- Je vais réussir ce où toi tu as échoué.
Il marqua une pause.
- Je vais saigner ce petit.

Rain tournait en rond, soudain saisit d'une profonde angoisse. Ils arrivaient. Il n'avait pas besoin de les entendre. Il le savait, comme si cette certitude avait été gravée à l'encre de son sang en son coeur. Le jeune aveugle finit par s'asseoir, incapable d'esquisser un mouvement supplémentaire. En tendant l'oreille, il put percevoir un cliquetis. Non pas leurs armures de férailles, non pas leurs crocs de métal. Mais ses griffes. Ses pattes tremblaient tant qu'il entendait nettement le son de ses ongles raclant le sol. Rain ouvrit la gueule, horrifié par le sort qui s'abattait sur lui. Il aurait tant voulu crier, éjecter cette peur qui brûlait en lui. Mais il en était incapble. Il ne pouvait rien contre eux.

Schymaa tentait de garder la tête haute, même si les deux assassins ne se gênaient pas pour contester ses ordres. Ils étaient déjà partis loin devant. Stupide félins ! Le grand chat roux gronda entre ses cros. Sa queue fouettait l'air, comme pour en chasser un ennemi inexistant. Il continua son chemin, suivi d'une armée entière. Qui se serait douté qu'il ne viendrait chercher un simple petit ?

Rain s'extirpa de sa bâtisse et tenta déséseperement de trouver un abri. Mais dans la panique, il ne percevait plus rien. Justes ces ténèbres autour de lui. Et puis, soudain, une force colossale l'expulsa au sol. Il rebondit puis alla s'écraser contre une autre petite maison. C'était l'une des premières fois de sa vie qu'il avait aussi mal. Mal au crâne, aux pattes. Partout. Lorsqu'il tendit la truffe pour identifier le chat, un frisson d'horreur vint ébranler son échine. Il connaissait ce chat. Il l'avait déjà rencontré, autrefois. Il ne se souvenait plus, mais il reconnaissait son parfum. C'était un être qu'il savait devoir haïr. Pas pourquoi, mais il le savait.
- Wist, rejoins nos rangs !
Cette voix... Rain la connaissait aussi. Il fut submergé par un flot de souvenirs qui l'assareillèrent de toutes parts. Et puis, soudain, il se rappela. Cette nuit d'orage, où la lumière l'avait quitté. Cette nuit où il avait entendu un cri terrible. Cette nuit qu'il avait amèrement regrettée. C'étaient eux.

Il n'y avait plus rien. Plus aucun son, plus aucune odeur. C'était comme si tous ce qui l'entourait avait subitement disparu. Comme si ses sens s'étaient volatilisés, le laissant seul dans ces ténèbres.
Pourtant, il sentit nettement le coup arriver. Cette tranchée dans l'air qui fonçait sur lui. Le jeune chat se prépara à encaisser le choc, mais rien ne vint. Juste un bruit sec, comme une goutte d'eau percutant la surface d'une rivière. Nuage de Pluie se secoua, sentant une présence devant lui. Lentement, il se ressaisit et tenta de savoir qui était celui qui lui avait évité un coup. Mais il n'eut pas besoin de développer ses sens.
- Vas-t'en Rain. C'est toi qu'ils veulent, tu le sais. Fuis, cours aussi loin que tu le peux, autant que tu le peux.
Le chat gris se figea en une expression perplexe. Il le connaissait. Au fond de lui, ce fut comme si une flèche accérée traversait son coeur. Jamais il n'avait ressenti pareil sentiment. Rain se sentait déconcerté. Il ne savait plus quoi faire, il était désemparé. Et soudain, une larme coula sur son visage âbimé. Une larme éclatante, comme la rosée du matin. Le jeune chat fut figé par l'horreur en sentant le liquide dégouliner sur sa joue. Qu'était-ce ? Il ne connaissait pas les larmes, pas la douleur. Que lui arrivait-il ? Pendant un instant, il se crut tomber dans un éternel univers noir, sans fin ni commencement.
Il eut peur. Terriblement peur. Qui était-il ? Pendant un fragment de secondes, il avait oublié son nom, son être.
Mais maintenant, il le sentait, tout près de lui. Cette douce odeur qui l'avait bercée pendant des années. Rain s'était convaincu qu'il le détestait, mais au fond de lui, il ne pouvait cesser de l'aimer profondément. Syuna, le soigneur aimant. Syuna, le père que le jeune chat n'avait jamais eut.
Rain ne pouvait le voir, mais il sentait le sourire désolé sur le visage de son protecteur. L'aveugle se redressa, se ressaisissant. Il recula, prenant son élan. Juste avant de sauter par dessus le mur qui le séparait du reste du bourg, il jeta un regard assuré au soigneur, comme pour le remercier sans le dire vraiment. Brusquement, il se jeta vers la sortie du village, s'élançant d'une course rapide et sûre. Il était aveugle, mais il connaissait mieux son environnement que les autres serviteurs. Il circula sans problèmes ente les caisses de nourriture, enjamba des chatons amusés par l'animation du village.
Rain courrait sans se soucier de ceux qu'il bousculait, sans se soucier des soldats à ses trousses. Il se fichait de tout. Rien ne pouvait le stopper désormais. Un chat avait donné sa vie pour lui, et même si le jeune félin ne souhaitait pas accorder d'importance à qui que ce soit, il se sentait redevable. Vis à vis de Syuna, il ne pouvait se laisser capturer. Il devait lui obéir, lui rester fidèle, quoiqu'il arrive.

Rain erra longtemps, pendant une année entière, sur les terres glaciales des solitaires, comme une ombre livrée à elle même. Il avait appris à éviter les patrouilles de l'Empire, et personne ne l'avais jamais vu. Ceux qui croyaient le voir prenaient la fuite, le confondant avec un fantôme.
Mais la paix qui régnait dans l'être de Rain fut vite brisée. Chaque jour, il oubliait un peu plus. Chaque jour, il versait une nouvelle larme qu'il ne connaissait pas. Chaque jour, il s'enfonçait encore plus dans les ténèbres. Mais jamais il n'oublia son serment. Jamais il ne se laissa découvrir, jamais ses poursuivants ne l'attrapèrent.
Rain le savait, Syuna avait péri lors de sa fuite, et même s'il ne voulait pas l'aimer, le jeune chat gris ressentait un pincement au coeur lorsqu'il pensait au soigneur. Il ne savait plus que faire. S'il n'en avait été question que de lui, il aurait depuis bien longtemps quitté ce monde si parfait et imparfait à la fois.
Rain avait oublié le son des rires, le goût de la joie. Mais comment aurait-il pu s'en souvenir, lui qui ne les avait presque jamais connu ?

Pourtant, lors d'une froide journée de pluie, Rain faillit à sa promesse.
Le jeune chat se tapit au sol, tous ses sens en alerte. Le minuscule campagnol huma l'air, comme si une danger iminent le menaçait. Ce qui était le cas. Brusquement, le jeune aveugle bondit lestement. Ses griffes se refermèrent sur la maigre proie. Il laissa échapper un soupir de satifaction.
Pourtant, il ne se sentait pas en sécurité. Il tendit l'oreille et se crispa lorsqu'un son dsicret vint effleurer ses oreilles. Le chat gris perçut alors une odeur qu'il avait fini par oublier. Une odeur qui lui fendait le coeur. Une odeur qui déchirait son âme à chaque fois qu'il y pensait seulement.
Leurs noms étaient Naro et Wist.
Le félin d'argent se redressa, lentement. Quelques pointes de sang maculait son museau blanc. Il laissa tomber sa prise, fixant l'horizon de ses yeux aveugles. Et, brusquement, il s'élança. Il courrait vite, et si bien qu'il entendait les deux chats derrière lui, comme si son ombre s'était divisée en plusieurs félins différents.
Il était endurant, et sa course dura si longtemps qu'il en oublia le temps, le chant des plaines désolées, le pas de ses deux assassins.
Il courrut tant et tant qu'il finit par atteindre la mer. Il ne la sentit pas. Il se jeta en elle comme si sa dernière issue était une mort certaine, dans l'ivresse profonde d'un futur trop lointain pour qu'il puisse même tenter de s'y accrocher, dans cette eau glaciale et brûlante à la fois, eninvrante et mortelle, et qui pourtant lui sauva la vie.
"Si je pouvais les affronter
Si je pouvais tout reconstruire
Si je pardonnais mes ombres
Je devrais m'incliner devant elles
Et les accueillir en mon sein
Mais je sens qu'elles me consumment
Comme ce vent glacial
Qui m'empêche de respirer

M'aimes tu toujours malgré ce que j'ai fait ?
M'aimes-tu toujours même si j'ai trahis ma promesse ?
J'ai bien peur que non
J'ai bien peur que non

Et toute la douleur reviens quand je prends une inspiration
Et ce jusqu'à ce que tu ne vois
Plus que mon fantôme
Je suis un souffle sans force, un chant sans paroles
J'aurais aimé te revoir
Mais ces ombres en moi m'appellent
Et je tremble comme une feuille
Et mes ombres me rappellent
Et je crains de mourir
Dans cette cruelle tempête

Je suis un inconnu
Je suis un damné
Prisonnier de moi-même
Peux-tu toujours m'aimer ?
Même si je t'ais menti ?
Avec tous mes regrets
Et tous mes défauts
Je sens qu'elles me dévorent
Je sens qu'elles m'attirent vers le fond
Pardonne moi d'être si répulsant"

Il les entendits, et elles le guidèrent vers un lieu sûr. Il n'avait pas peur, il se sentait bien, dans ces fonds marins, et il ne pouvait s'en séparer. Rain écouta leurs voix ancestrales, il se laissa guider comme il ne l'avait jamais fait.
Il pénétra donc sur l'île, où il erra encore seul quelques mois, avant que quelques membres inconnus du Torrent ne le découvre et le mène à leur Clan. Le chef actuel, Etoile Oubliée, l'intégra sans problèmes au clan, malgré ses réticences, et il devint apprenti guérisseur sous le nom de Nuage de Pluie.
Le jeune félin regrette toujours ses fautes quand à Syuna, mais pourrait-il oublier son serment ?


 





© By A-Lice sur Never-Utopia

_________________
"Le courage a nourri la guerre, mais c'est la peur qui lui a donné vie"


Murmy by me ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin Psychopathe Grognon
Messages : 16
Messages de RP : 9
Date d'inscription : 28/06/2016
Age : 14
Localisation : Quelqu'un te fait des chatouilles dans le cou tu dis ? Hum... Je me demande qui c'est e_e

Feuille de personnage
Points de vie:
100/100  (100/100)
Expérience au combat:
0/200  (0/200)
Sexe de votre chat: Mâle
MessageSujet: Re: Nuage de Pluie - Je te connais, mais toi tu ne me connais pas   Jeu 30 Juin - 16:48

Auto validation powa o/

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Nuage de Pluie - Je te connais, mais toi tu ne me connais pas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je te connais. Mais toi, voudras tu me connaitres ? [Pépite d'Or & Shiki & Odyssée]
» Je ne te vois pas, mais je connais tous tes mouvements...
» Mais..j'te connais toi non ? [Anouk] - Archives -
» La pluie mouille le zèbre mais n'efface pas ses rayures [Matsukan] (TERMINE)
» Je te connais, tu me connais. •• ANTHONY & TERRIE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Time of warriors :: Vos personnages :: Présentations :: Présentations validées :: Clan du Torrent-
Sauter vers:  
Four SeasonsUne Guerre Sans FinVous ? Vous ?
Never Utopia ♥